• Visite au chenil

    Texte de Joël Maillard

    Musique et interprétation Julian Renan


    4 commentaires
  • FATRAS DE MOTS

    Joël Maillard (14 janvier 2011)

    Vapeurs de brume, ciel qui s’allume, lumière éteinte, où sont mes plaintes ?

    Dans le brouillard, lueur d’espoir, et je m’endors, Tel est mon sort

     

    Mon parapluie est si petit, je vois la mer au fond d’un verre

    Je bois la mer dans le désert, un coquillage sonne l’orage

     

     ll est midi, je suis au lit, un ascenseur dans la douleur

     Plume qui vole, plus de pétrole, je vois un phare dans un miroir

     

    J’attends la mort, sans un remords, et mes chagrins volent au loin 

    Sur un radeau, je vois des mots, et des regards, remplis d’espoir

     

    Fleurs sur la lune, c’est la fortune, qui ce matin, semble si loin

    Lueur d’espoir dans un regard, Et ton sourire, fuit mon délire

     

    Un doryphore, berce mon corps, Berce mon âme, souffle ma flamme

    C’est un péché, faut le partager, Dieu me pardonne, je ne suis qu’un homme

     

    Et pour finir, Je dois bien dire, les papillons sont des poissons

    Et je termine, ma triste mine, dans le miroir, donne l’espoir

     

    Une parenthèse, couleur de braise, et mon chapeau me dit ces mots

    Tant de couleurs, l’odeur des fleurs, tant de parfums n’y changent rien

     

    Tant de prisons, tant de pigeons, tant de couillons qui tournent en rond

    Tant de pigeons, j’oublie les noms de ces couillons qui tournent en rond.



    Mélodie : Joël Maillard

    Arrangements musicaux : Julian Renan

     


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique